Menu
Ambassade de Cuba au Guinea Conakry
(Ambassadeur en Guinée non résident en Côte d’Ivoire)
Article Details
L’Esprit de la Révolution Cubaine est universel. Une Rencontre avec la Veuve et le Fils d’Ahmed Sékou Touré.

Auteur : Enrique Ubieta Gomez.
Guinée, 28 Mars 2015. Entre Freetown et Conakry, Capitales des deux pays limitrophes- Sierra Leone et la Guinée, respectivement – qui partagent des ethnies et langues locales, bien que séparées en apparence par celles du colonisateur – d’un coté l’Anglais et de l’autre coté le Français – il y’a quatre heures de routes. Mais l’itinéraire aérien est compliqué, car le vol d’air France, depuis que l’Ebola s’est entremis, il n’ya pas de vol de liaison entre les deux villes : il faut vaincre pour arriver presque 20 heures d’aller-retour à Casablanca au Maroc, et une longue attente de transit à l’aéroport, où affluent toutes les cultures de l’Afrique, celles du Nord et celles Subsahariennes, du Moyen Orient, et celles de l’Europe. Nous atterrissons à Conakry épuisés, mais une nouvelle nous réanime : ils nous attendent, dans l’immédiat, la veuve et le Fils d’Ahmed Sékou Touré, le Fondateur de l’Indépendance guinéenne, « un des hommes les plus extraordinaires qu’a engendré cette époque et ce continent », en paroles de Fidel. Ce 26 Mars marque 31eme anniversaire de sa disparition physique.
L’autoroute qui nous conduit vers le centre-ville porte le no, de Fidel. Dans le trajet vers la maison familiale Toué, je repasse les discours, de façon brève, de sa première visite au pays en ?ai 1972. Ils étaient deux jeunes révolutionnaires, avec des ennemis identiques : le colonialisme et le néocolonialisme. Sékou Touré, avec la sagesse habituelle ancestrale des africains, a dit en ces jours : « La Guinée et le Cuba sont deux yeux d’un même homme ». A Conakry nous attendaient d’autres leaders du mouvement anticolonial.
Fidel et Sékou Touré ont visité les régions de Kankan, Faranah, Labé et Kindia. A cette dernière région ils y sont partis en route, parce que pour Fidel le parcours en avion l’éloignait des gents. « On aime le contact avec l’homme, parce que c’est de l’homme, du peuple que nous recevons toujours notre encouragement, notre stimulation et nos enseignements », a exprimé à cette occasion. Dans les trois premières régions il y’a des médecins et infirmiers cubains du Programme Intégral de Santé, une collaboration qui a commencé en 1985 – bien que l’accord actuel est de 2005- et qu’il na jamais cessé, malgré l’Ebola. Au contraire, une nouvelle brigade de 37 hommes est arrivée en Octobre 2014 pour lutter contre cette épidémie, et se trouvent dans le Centre de Traitement International de Coyah et celui des meilleurs résultats ensemble avec des spécialistes d’autres pays africains. Et ses Directeurs guinéens, fortuitement, ont étudié la Médecine à Cuba.
Une génération de grands Leaders africains.
Nous arrivons à la maison d’un vieil ami de Cuba. Nous reçoit son fils, Mohamed Touré. La maison est commode et spacieuse, mais simple. Nous nous sommes assis sur la terrasse du fond, ou on peut voir la mer. Les murs sont pleins de photos : c’est l’histoire la plus récente de l’Afrique. Sur une des photos, apparait Fidel et Sékou Touré. Sur une autre, Fidel et Amilcar Cabral conversent. Nous dit Mohamed :
« Je veux exprimer, en premier lieu, ma profonde gratitude envers le peuple cubain, et a son Leader historique, el Commandante Fidel Castro, père de Cuba moderne. Ce sentiment, je l’exprime au nom de toute l’Afrique, parce que le peuple cubain a toujours été auprès des peuples africains, de ses luttes pour la libération, pour la dignité humaine ; l’esprit de la Révolution Cubaine est un esprit universel. Pour parler de cette génération de grands combattants d’Afrique, je dois nomme le Commandant Fidel Castro, qui est pour nous un africain, un cubain, un homme du monde, mais sur tout, un héro de la lutte de libération d’Afrique».
Hadja André Touré, veuve du grand fondateur, est une ancienne sereine et douce. Elle arrive juste quand son fils parle, et s’assoit discrètement distante sur le sofa, pour ne pas interrompre. Quelques minutes plus tard on se réunit avec elle. Nous conversons a propos de cette première visite de Fidel :
« Merci beaucoup pour venir jusqu’ici- nous-a-t-elle dit comme si nous n’étions pas ceux qui ont cet honneur – Vous savez, Fidel Castro est un grand ami de la Guinée. La visite de Fidel nous a beaucoup unis. Il a été reçu par notre peuple comme il se devait, c’est-a-dire, comme on reçoit un grand homme qui vient d’un grand pays. Cuba nous a beaucoup aidé, et les guinéens ne peuvent pas oublier cela. Durant sa visite, il s’est comporté comme un guinéen de plus. Il a visité l’intérieur du pays et comme il est simple il s’approchait beaucoup au peuple, il y’a une photo sur laquelle il est assis sur un escalier avec le peuple, avec les jeunes filles du protocole et converse avec elles. C’est un homme très humble
Elle sourit en guise de souvenir :
«Quand il est arrivé, pour un problème de sécurité, le Président Sékou Touré lui a cédé son lit, et tout allait bien (…) Fidel est un homme très simple. Nous l’avons reçu dans notre maison et il dormait dans la chambre du Président».
Mohamed était très jeune, il avait à peu près 11 ou 12 ans et il étudiait à Kankan.
« J’ai eu l’honneur de m’approcher au Commandant et le saluer-a-t-il assuré- car son parcours incluait cette région. Ce dont je me souviens est que le peuple de guinée a reçu cette visite avec beaucoup de joie, beaucoup d’espoir. J’étais tres fier d’être à cote d’un homme aussi grand, et de pouvoir lui serrer la main».

Médecins cubains contre Ebola.
C’était inévitable de parler de la présence des médecins cubains dans la lutte contre Ebola. Mohamed a été catégorique
« Cuba a été toujours ici, en Afrique, en Guinée ; Cuba a formé à des milliers de cadres guinéens, a des centaines de médecins guinéens qui, s’ils avaient été organisés, auraient pu freiner l’Ebola. Ce que Cuba fait maintenant c’est maintenir la tradition. Nous ne serons jamais suffisamment reconnaissants envers le peuple cubain. J’ai donné quelques exemples de collaboration cubaine, mais rien ne dépasse son apport à l’Indépendance. Des soldats cubains sont morts dans les champs de bataille pour libérer l’Afrique. Donc cette réponse à l’Ebola, pour nous, est un pas de plus dans la longue tradition de collaboration entre le peuple de Cuba et les peuples africains».
Hadja André Touré a ratifié les paroles de son fils :
« Cuba a été toujours auprès de nous, nous a aidé à former des médecins ; les meilleurs médecins de la Guinée ont été formés à Cuba. Que Cuba vienne encore une fois pour nous aider, n’est nullement pas une surprise. Je voudrais remercier une fois de plus le peuple de Cuba pour toute l’aide qu’il nous a apporté au fil de toutes ces années».
Hadja André Touré, veuve du grand fondateur de l’Indépendance guinéenne. Photo : Ubieta Gómez».
Enfin, comme il arrive souvent dans les occasions exceptionnelles, nous avons demandé » à la veuve de Touré de nous permettre prendre une photo avec elle.
Avant de nous en aller vers Coyah où se trouvent les médecins et infirmiers cubains qui luttent contre l’Ebola, nous sommes passés au mausolée de Sékou Touré, en la latéral de la Grande Mosquée de Conakry, et nous l’avons rendu hommage. Là-bas reposent les restes du grand Leader africain. Aussi il y’a ceux d’autres acteurs de l’Indépendance, comme Al mamy Samory Touré.
Il n’ya pas meilleure porte pour entrer dans un pays que par son histoire.
 

Return
5 Héroes