Menu
Mission permanente de Cuba à Genève
Education

Le 22 décembre 1961, jour où Cuba a été déclarée libre d’analphabétisme, une nouvelle page de l’histoire de l’éducation dans l’île a été tournée. 707 000 Cubains avaient été alphabétisés, ce qui réduisait le taux d’analphabétisme à 3,9 % et plaçait le pays parmi les nations affichant les taux d’analphabétisme les plus bas au monde.

Les paroles de Fidel résumèrent cet effort : « Aucun moment n’a été plus solennel et émouvant que celui-ci, aucun instant ne nous a procuré autant de fierté légitime et de gloire que celui-ci où a été mis fin à quatre siècles et demi d’ignorance. Nous avons remporté une grande bataille – c’est ainsi qu’il faut l’appeler : « bataille » – parce que la victoire contre l’analphabétisme dans notre pays a été obtenue au moyen d’une grande bataille, menée selon les règles des grandes batailles. »

Seulement 0,2 % de la population cubaine, qui compte 11 241 991 individus, est analphabète, et ce pourcentage représente quasi exclusivement des personnes d’un âge avancé qui n’ont pas pu bénéficier du système d’enseignement dont notre pays dispose aujourd’hui.

Cuba occupe la première place - qui lui a été reconnue par des institutions prestigieuses - en ce qui concerne le niveau de connaissances en mathématiques et en langue des élèves du primaire. 100 % des élèves en âge de le faire vont à l’école et tous atteignent la sixième. 99 % vont jusqu’en troisième et peuvent poursuivre en deuxième cycle du secondaire. Les enfants cubains bénéficient aujourd’hui du meilleur indice de maîtres/classe du primaire : un pour 20, ou 2 au-delà de 20.

Pour l’année scolaire 2008/2009, le nombre d’élèves inscrits dans les établissements d’enseignement de tout le pays – des maternelles aux universités – s’élève à 3 083 700, soit une diminution de 25 800 élèves par rapport à l’année précédente.   

Le nombre d’élèves de maternelle est d’environ 129 800. Depuis 1992, le programme « Eduque ton enfant », une réponse alternative aux besoins croissants du pays en matière d’enseignement préscolaire, est appliquée à l’échelle nationale. Il s’agit d’une modalité d’enseignement non scolaire et qui s’appuie sur la participation des familles et des communautés. Plus de 487 700 enfants suivent actuellement cette voie d’enseignement non formel.    

Le nombre d’élèves de maternelle et du primaire a diminué par rapport à l’année précédente (mois 3 000 et 1 700 élèves, respectivement). Ce chiffre, qui a commencé à diminuer à partir de l’année scolaire 1996/1997, reflète l’évolution démographique de la population cubaine.

Le nombre d’élèves du premier cycle du secondaire a diminué de près de 51 6000 élèves. Le nombre d’élèves du second cycle du secondaire s’élève à 205 100 et celui des instituts de formation des maîtres à 4 000.

À ce niveau d’enseignement, on compte aussi 13 000 instructeurs artistiques qui, une fois diplômés, seront affectés aux établissements d’enseignement et aux communautés pour élever la capacité d’appréciation et de pratique des arts des jeunes.    
 Dans le cadre des programmes de la Révolution, on trouve également les écoles de travailleurs sociaux. Elles comptent plus de mille élèves et ont pour objectif de les former pour qu’ils travaillent directement au sein de la communauté où ils offrent une assistance sociale personnalisée et assurent le lien entre l’Etat et la famille. Au terme de leurs études, ces élèves ont un emploi garanti en tant que travailleurs sociaux et peuvent suivre différentes études universitaires en lettres.

La généralisation et le perfectionnement de l’enseignement pour adultes ont favorisé l’élévation massive du niveau éducatif de la population et, en même temps, ont permis de répondre aux besoins de la société en matière de force de travail. Cet enseignement accueille les jeunes qui souhaitent intégrer l’enseignement normal pour obtenir leur baccalauréat, ainsi que ceux qui ont décroché du système.   

50,5 % des élèves de l’enseignement pour adultes sont des femmes. Les cours où celles-ci sont le plus présentes sont ceux de perfectionnement intégral pour jeunes et de langues, où elles représentent respectivement 57,7 % et 59 % du total des élèves.  

Un des axes de travail stratégiques du système national d’enseignement a été de prioriser l’enseignement spécial, qui garanti la formation de la population handicapée en vue de son intégration dans la société. L’enseignement spécial concerne plus de 42 000 élèves, dont 58,8 % suivent un régime de semi internat et 29,5 % d’internat. 

Pour l’année universitaire 2008/2009, le nombre d’étudiants s’élève à environ 33 710 900, soit une diminution significative d’environ 33 000 étudiants par rapport aux années précédentes - et ce malgré l’extension de l’universalisation à toutes les communes du pays. 

La plus grande partie des élèves est rattachée au ministère de l’Enseignement supérieur (57,5 %), lequel est suivi par le ministère de la Santé publique (26,5 %) et le ministère de l’Education (16 %). 47 des 98 enseignements assurés dans les universités du pays, le sont aussi dans les filières universitaires. 

À ce niveau d’enseignement supérieur, l’enseignement par correspondance accueille environ 89 337 élèves dans le cadre de programmes qui assurent la continuité des études supérieures. 143 700 étudiants suivent des cours de jour (soit 20,2 % des étudiants inscrits aux cours réguliers) et 20,8 % de ceux-ci sont internes.    

En 1999, dans le cadre du programme intégral de la santé, l’Ecole latino-américaine de médecine a été créée afin de former les futurs médecins destinés à remplacer les membres actuels des équipes médicales qui prêtent service dans une vingtaine de pays du tiers-monde. Pour l’année universitaire 2008/2009, elle compte 2 747 étudiants provenant de plus de 25 pays d’Amérique latine et des Antilles, ainsi que des Etats-Unis.

L’Ecole internationale de Culture physique et de sports a été créée afin de disposer d’une université de référence mondiale en matière de formation de professionnels de l’éducation physique et du sport, dont la valeur essentielle soit la solidarité et qui forme les étudiants pour que ceux-ci transmettent cet enseignement dans d’autres pays. Pour l’année universitaire 2008/2009, elle compte 990 étudiants provenant d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et des Antilles.
 
En septembre 2002, l’Université d’Informatique, née dans l’effervescence de la Batailles d’idées, est inaugurée et accueille 2 008 étudiants. Pour l’année universitaire 2008/2009, elle compte 10 818 étudiants. Depuis avril 2007, elle compte trois facultés régionales situées dans les provinces de La Havane (Occidente), Ciego de Ávila (Centro) et Granma (Oriente). L’UCI est née pour socialiser et répandre comme jamais auparavant les études d’informatique à Cuba.

Le nom de Cuba passera à l’histoire pour ce qu’elle a fait et fera dans les domaines de l’éducation, de la culture et de la santé pour l’humanité à l’époque la plus difficile que celle-ci ait eu à vivre.

5 Héroes